OM – God Is Good

28 Jan


(Drag City, 2009)

STONER PSYCHÉ RÂGA-DUB STYLE

Comme aurait pu dire Dylan Carlson de sa voix éraillée : Ouroboros is broken. Panique à bord. Om, le serpent qui se mordait la queue (mais qui se la mordait bien) depuis cinq ans a fini par entrouvrir la gueule suite au départ inattendu de Chris Haikus, compagnon de route d’Al Cisneros depuis les origines, et à l’arrivée d’Emil Amos emprunté aux heavy jammers psychédéliques de Grails. Et quand la couille droite se sépare de la couille gauche, on est en droit d’attendre quelques bouleversements, ce qui avec Om, groupe monomaniaque par excellence, n’était pas gagné d’avance. Gebel Barkal, le 7’’ sorti sur Sub Pop l’année dernière, annonçait en partie la couleur et initiait une forme mutante entre mantras stoner-psyché et dub typé à la Augustus Pablo.
Mais modérons tout de même notre enthousiasme. Lorsqu’on parle de bouleversement à propos de Om, il faut savoir prendre des pincettes, n’espérer aucune transformation spectaculaire, Cisneros, c’est pas le genre de mec à s’emballer. Alors relax, tout doux, la révolution sera spirituelle, Dieu est bon et sous les pavots, la plage. A tel point que j’ai bien failli m’étrangler alors que le morceau d’ouverture, «Thebes», déroulait sur 20 minutes ses volutes baba, m’asphyxiait les chacras de ses effluves de patchouli, et surtout, m’assommait par l’absurdité de la redondance : une fois encore, « Thebes » était la réplique absolue du seul et unique morceau de Om, celui que l’on retrouve, avec ses infimes variations (ici, le drone de tampura), dans toute la discographie du groupe. Secouée d’un rire nerveux, la seule chose qui me vint fût un «Pitié, arrêtez-le !» désespéré. Et si l’arrivée d’Emil Amos apportait un changement de surface, avec son jeu plutôt carré, tout en toms et en caisse claire, là où Haikus privilégiait au contraire les grandes marrées de cymbales ternaires, il me semblait que c’était foutu pour de bon, que ça n’irait pas plus loin, et que la révolution molle n’aurait pas lieu. Je me trompais. Le premier indice apparut sur «Meditation Is The Practice Of Death», un morceau dans le sillage de Gebel Barkal. Le dub y reprend insidieusement ses droits avec un delay parcimonieusement distillé sur la batterie. Mais c’est surtout l’apparition de la flûte traversière qui constituait la première petite secousse, même s’il est difficile d’arriver à identifier ce qu’elle évoque pour nous. Serait-ce le mirifique solo de George Lane alias Eric Dolphy sur Ole de John Coltrane ? Ou bien les râgas hindoustanis du Pandit Hariprasad Chaurasia (sur le site duquel on peut d’ailleurs lire « La flûte est le symbole de l’appel spirituel. L’appel de l’amour divin ») ? Ou bien encore les incomparables niaiseries sorties du flutiau de Ian McDonald sur In The Court Of The Crimson King ? Solo aimable ou solo minable, après d’innombrables écoutes, trancher relève toujours de l’impossible. Mais pour le choc, le vrai, il fallait donc attendre le diptyque final, «Cremation Gat I» et «Cremation Gat II» qui suivent un schéma radicalement différent de tout ce que Om avait pu faire jusqu’à présent. Le premier est une perle, une petite perle de 3 minutes 12 qui, comme son nom ne l’indique pas, n’a pas grand-chose à voir avec la tradition Hindou. Sous les auspices d’un dub qui cette fois, n’a plus rien d’hésitant, le morceau groove à mort, soutenu par une rythmique irrésistible, qui a quelque-chose des rituels de transe Gnaouis du Maroc. Le second volet, le bien nommé «Cremation Gat II», enfonce le clou du syncrétisme orient/occident, avec le renfort d’instruments issus de la tradition savante indienne, sitar, tampura et tablas, mais aussi de violons (ou de mellotrons, la version définitive du CD nous le dira peut-être) et de gouttes de piano qui enveloppent le morceau dans une mystique post-rock tout à fait inhabituelle chez Om. Oui, la révolution molle est bien en marche.
http://omvibratory.com/

Francoise Massacre
Publié dans: NOISE MAG #13 (novembre/decembre 2009)
couv NOISE MAG#13

Advertisements

Une Réponse to “OM – God Is Good”

  1. LuzPorteur 2 février 2010 à 18:13 #

    Om ou comment me questionner sur le bien fondé de mon athéisme. :)

    Longue vie à la Révolution Molle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :