KHANATE – Clean Hands Go Foul / GNAW – This Face

14 Juil


(Hydra Head, 2009)

(Conspiracy, 2009)

DUBIN INSIDE

Depuis la sortie de Capture & Release en 2005, on retenait notre souffle. Parce qu’on savait que ce très grand disque n’était qu’un point d’orgue, une suspension passagère dans l’œuvre essentielle d’un groupe déclaré mort prématurément. Parce qu’on voulait voir Khanate cracher enfin son dernier glaviot et crever une bonne fois pour toute, histoire d’en faire son deuil et de passer à autre chose. Presque quatre ans plus tard, le voilà l’ultime sursaut, Clean Hands Go Foul, le point final tant attendu, l’épilogue de l’affaire Khanate, soit l’entité avant-doom la plus intense et la plus noire de ces dernières années. Et quelle fin. Pendant ces quatre années, le bassiste et metteur en son du groupe, James Plotkin, a eu tout le loisir de redessiner à posteriori la carcasse anguleuse de ces quatre pièces monstrueuses improvisées lors des sessions de Capture & Release. Embaumée avec soin et enveloppée dans une couche d’effets en tous genres légèrement plus marqués que de coutume (delays, echos, reverbs, guitare et basse doublées à l’octave inférieure…), la masse oppressante des cordes bourdonne et ronfle dans un dernier souffle de vie, pendant que la batterie de Tim Wyskida flue et reflue (Elvin Jones, sort de ce corps !) comme un miasme au fond de la gorge, invoquant sans cesse le et les silence(s), un ressort dramatique presque infaillible dont peu de groupes ont l’intelligence d’user ou usent avec intelligence. Et alors que le lent engrenage de la rigor mortis se met en branle, perçant le brouillard de sa voix la plus glaçante et méphistophélique, Alan dubin pousse une dernière fois son effroyable chant du cygne…
… puis il ressuscite le troisième jour, et il monte un groupe, et il siège à la droite de Jamie Sykes (batterie, ex-Burning Witch, Atavist) et de Carther Thornton (basse/field recordings, Enos Slaughter) et il siège à la gauche des deux sound-designers Jun Mizumachi (ex-Ike Yard, une petite légende de la musique industrielle des 80’s) et Brian Beatrice, et ensemble ils se manifestent sous le nom de Gnaw, et This Face est leur premier commandement. Un raz-de-marée d’abstraction, un magma de sons concassés toujours en mouvement, une mixture orageuse de fréquences psychotoniques persistantes, de textures saturées et de field recordings grippés. Et c’est Sykes qui impulse la cadence, choisissant, au gré des morceaux, d’être tantôt percutant et rythmique, tantôt flottant et a-rythmique, donnant à This Face l’allure d’une grosse mécanique industrielle avançant lourdement contre les vents électroniques contraires. Au centre de la mécanique, Dubin le coyote ronge son frein, Dubin déchire la surface de son organe strident, Dubin murmure, Dubin chuchote, Dubin râle et (on n’ose y penser) Dubin chante (« Watcher »).
On s’en doutait, on le pressentait mais maintenant on peut le dire : ce premier album souffre un peu de la comparaison avec Khanate et, double concordance (de temps et de voix) oblige, cette comparaison était quasiment inévitable. Jour après jour, les deux disques se passaient le relais sur la platine : Khanate puis Gnaw, Khanate versus Gnaw, Dubin contre Dubin, noir sur noir… Sauf que plus la rigueur jusqu’au-boutiste conjuguée à l’implacable cohérence du premier sautait à la face, plus le second donnait l’impression d’avancer en roue libre ; plus le premier sujet apparaissait nettement à la mise au point et plus, incontestablement, le second devenait artistiquement flou.
Francoise Massacre
Publié dans: NOISE MAG #9 (mar/avr 2009)
couv NOISE MAG#9

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :