Interview – KING BUZZO / MELVINS : 25 ans de réfléxion

3 Nov
buzzo

buzzo

On est vraiment désolés.
Cette année les Melvins sortent encore un nouvel album. Nude With Boots. Le vingtième, dans ces eaux-là. Un incident. Rien qu’un incident. On espère que vous comprenez. Le plus dur pour nous, en plus d’accepter l’idée que ce disque allait sortir, inéluctablement, comme ça, en plein été, et qu’on n’y pouvait rien, a été de nous rendre compte qu’il n’était pas mauvais du tout. Et même pire : qu’il était bon et même foutrement bon. Carrément excellent. Pardon. On s’excuse. On vous jure, c’est pas faute d’avoir cru qu’on s’en lasserait. Cent fois pourtant on a eu le sentiment que la fin approchait. On pensait sincèrement qu’ils s’arrêteraient… Qu’ils ralentiraient la cadence ? Au moins, qu’ils deviendraient un tout petit peu moins… bons ? Enfin, on était presque sûrs qu’on aurait à peine de quoi faire un entrefilet et surtout pas matière à vous servir un roman de gare supplémentaire sur les Melvins. On s’est trompé et on vous met dans l’embarras, une fois de plus.
On ne voudrait surtout pas que vous pensiez qu’on cherche à s’acquitter de notre responsabilité éditoriale (ça non), mais il faut quand même que vous sachiez que le vrai coup de grâce, celui qui a mis un terme définitif à tout ce qui subsistait encore d’espoir, c’est que non content d’avoir accepté de répondre à toutes nos questions – sans exception – Buzz Osbourne, dont la réputation le précède, a eu l’outrecuidance de se faire effrontément volubile, ouvertement zélé et juste à peine cassant, c’est-à-dire tout le contraire de ce qui DEVAIT arriver.
Mille excuses. Ce qu’on vous fait subir…


L’ALBUM

« Je peux t’assurer, pour avoir passé toutes ces années à faire ce qu’on fait, que je suis plus heureux de jouer avec ces mecs que je ne l’ai jamais été. »

Tu es content de Nude With Boots ?
Oui, très content. C’est un super album. Le troisième dans notre top 5.

L’album a un côté un peu plus « bizarre » que Senile, vous avez pris plus de temps pour l’enregistrer ?
A peu près autant. Environ deux semaines. (A) Senile Animal a été compliqué à faire. J’ai l’impression que beaucoup de gens sont passés à côté et n’ont pas réalisé à quel point il était bizarre. Mais le nouveau est encore plus étrange.

Nude With Boots est un album foncièrement joyeux à mon avis. Est-ce que ça reflète l’atmosphère dans laquelle vous l’avez conçu et enregistré?
Oui. Je suis TOUJOURS content quand je joue.

Ça se passe toujours aussi bien avec les Big Business ?
C’est génial. J’aimerais que ça dure toujours, même si la seule chose que je sais c’est que tu ne sais jamais ce qui va arriver. J’espère qu’ils seront des nôtre pendant encore très longtemps.

C’est le deuxième album que vous faites depuis que la famille s’est agrandie. Est-ce que le fait d’avoir deux batteries et le renforcement vocal de Jared a modifié ta manière d’écrire ?
Oui, bien sûr. Ça ouvre un peu plus les choses. J’ignore comment sonnera le prochain disque mais on s’en est vraiment bien tiré sur celui-là à tel point qu’il fait sans doute partie des meilleures choses que j’ai jamais écrites et le groupe n’a jamais été aussi bon sur scène. C’est mon opinion. Je suis vraiment content. Je peux t’assurer, pour avoir passé toutes ces années à faire ce qu’on fait, que je suis plus heureux de jouer avec ces mecs que je ne l’ai jamais été.

J’imagine que la double-batterie doit quand même rendre les choses plus compliquées, avec à la fois plus d’interaction et de possibilités purement sonores, mais aussi moins de latitude pour improviser et tenter des trucs.
On n’a jamais improvisé de toute façon.

Pas même les longs soli de batterie de Dale quand vous étiez encore en trio ?
Ça c’est de l’improvisation programmée (rires). On n’improvise pas tellement en fait. J’ai toujours écrit les morceaux en soignant les détails. On joue les morceaux qu’on écrit. Il y a des mecs qui pensent que les batteurs devraient être plus libres et en faire encore plus que ce qu’ils font. Mais les batteurs, ce sont eux qui font la musique et eux qui font le groupe. Un groupe a le niveau de son batteur parce personne d’autre que lui ne sera jamais capable de penser à autant de trucs à la fois (rires).

Sur Nude With Boots, plus que sur n’importe quel autre album des Melvins, il y a tous ces clins d’œil à d’autres groupes. Souvent, ils te sautent dessus comme une évidence alors que tu ne les cherchais même pas. Dans Nude With Boots, j’ai entendu du Led Zeppellin, du Rush, du Kiss, du Judas Priest, les Butthole Surfers et même « Joyeux Anniversaire ». C’est plus ou moins flagrant, mais c’est là. En tant qu’auditrice, je me demande : est-ce que ce sont des emprunts délibérés, comme une manière pour toi de rendre hommage à la musique que tu aimes ou de la tourner en dérision, est-ce que ce sont des allusions fulgurantes ou bien juste le produit de mon d’imagination ?
Tu n’es pas la première personne qui me dit ça, donc il y a nécessairement quelque chose. De là à dire que ces ressemblances sont totalement délibérées : non. Je suis probablement influencé par tout ça, mais de manière… non-intentionnelle. Quand tu y penses, c’est même difficile de ne pas être influencé par tous les groupes que tu cites – Rush en particulier, je suis un grand fan de Rush. Après tout, c’est ça le Rock.

C’est quand même difficile de ne pas se mettre à chanter « Good Times, Bad Times » après le premier riff de « The Kicking Machine ».
Ce qui est marrant c’est que je ne pensais pas vraiment à ça en jouant ce riff. Je pensais plutôt à une ligne de guitare de Gang Of Four.

D’un morceau en particulier ?
Un morceau de Solid Gold, mon album préféré de Gang Of Four.

Parle-moi du titre de l’album.
Nude With Boots, ça sonne bien et surtout, tu peux l’interpréter comme tu veux.

On va avoir droit à des photos promo de vous à poil en bottes ?
Je ne pense pas et crois-moi, ça vaudra mieux pour tout le monde.

L’idée de donner votre propre version de « Dies Irae », le fameux thème issu de la Messe des Morts, est venue comment ?
J’ai entendu ce morceau dans trois films différents : Les Diables de Ken Russel, La Bible de John Huston, et bien sûr, The Shining de Kubrick, et j’ai pensé que ça serait une bonne reprise pour nous, qu’on pourrait en faire une super version. Il y a des mecs qui ont un problème avec ce morceau, soit disant parce qu’il aurait déjà été repris par des tonnes de groupes… Sauf que je n’en connais pas un seul !

Pourtant Berlioz, Liszt et Ligeti sont trois groupes de rock incontournables. Ce thème, c’est un truc qui date de l’ère grégorienne alors le nombre de reprises au prorata du nombre d’années depuis sa création ne doit pas être gigantesque.
Exactement. Et surtout, ce thème est génial, point.

Je n’ai pas encore reçu le CD promo mais sur ma version téléchargée, « Dies Irae » est mal orthographiée : « Dies Iraea ».
Sur le CD aussi.

Comme j’ai l’esprit mal tourné, cette nouvelle orthographe m’a immédiatement fait penser à un détournement scatologique de l’original : Diarrhea.
Peut-être que c’est EXACTEMENT ce qu’on voulait ! (Rires)

Bon ça me rassure. Pourquoi avoir changé le titre du morceau « Real Fucking Nasty » qu’on trouvait déjà sur le split avec Halo Of Flies en « The Savage Hippie » ?
Ce split est sorti en édition très limitée et je n’aimais pas trop ce titre.

Pourquoi ? Parce ça vous aurait obligés à coller des petits stickers « Parental advisory » sur le disque ?
Absolument, à 200 %. « Real Fucking Nasty », ça n’est pas le genre de titre que j’ai envie de mettre sur un album. C’est la musique qui doit choquer ou interpeler les gens et pas les mots soi-disant « défendus ». Je ne veux donner AUCUNE excuse ni AUCUNE raison à qui que se soit de ne pas acheter notre musique . On n’a jamais rien écrit qui puisse être censuré sur nos disques. Par contre, si tu veux, tu peux mettre n’importe quelle obscénité du moment que les mots que tu choisis ne sont pas prohibés. Ça ne fait aucune différence et tant mieux. Je ne veux donner aucune légitimité à ça. Je ne veux pas que ça puisse avoir la moindre conséquence négative sur ce qu’on fait. Croire que tu vas choquer les gens avec quatre mots défendus, c’est bon pour l’école primaire ! Je ne suis pas foncièrement contre ceux qui le font, à vrai dire je m’en fous, j’ai juste pas besoin de ça, et surtout, pas envie que des parents confisquent nos disques à leurs gosses à cause de ça. Ce qu’on fait doit rester totalement en dehors. Nos artworks, le nom du groupe, l’image que renvoient nos disques contrastent volontairement avec la musique qu’on fait et je ne voudrais pas qu’un truc comme ça vienne démolir cette image-là. Je veux qu’on reste un groupe difficile à suivre. Je veux dire, avec un nom pareil – les Melvins – c’est déjà suffisamment difficile d’être pris au sérieux (rires).

 

buzzo

buzzo

AUTRES NOUVELLES FRAÎCHES…

« Je pourrais construire un robot à mon image et l’envoyer à ma place en tournée. »

Pourquoi as-tu décidé de ne pas continuer avec Venomous Concept ?
Trop de choses sur le feu et puis on avait tous des CV tellement différents que ça devenait difficile à coordonner. Mais tous va bien entre nous, j’aime beaucoup ces mecs. Tu as écouté le nouvel album, il est bon ?

Aucune idée, je ne l’ai pas encore écouté. Et votre collaboration avec Zu, ça en est où ?
Je n’ai pas encore entendu le résultat et je ne suis pas sûr que ça soit sorti mais je suis franchement impatient. On a enregistré un ou deux titres avec eux en studio, Dale et moi. Je ne sais pas du tout ce qu’ils ont décidé de garder ou pas mais on s’est régalé à jouer ensemble.

Tu les avais vus jouer quand ils accompagnaient Joe Lally ?
Non. Et toi ?

Non plus. Mais j’ai eu quelques échos des dates françaises. Apparemment c’était mou. Les mecs de Zu essayaient de faire décoller le concert et Joe Lally leur faisait des signes pour qu’ils jouent moins fort comme si ça l’emmerdait qu’ils lui piquent la vedette.
Ah oui ? Il leur faisait des signes pendant le concert ? Possible remarque, Lally est capable d’être soupe au lait. En tout cas, toutes les dates de Fantomas qu’on a faites avec eux étaient vraiment cool.

En parlant de Fantomas, j’ai lu quelque part que le prochain album serait complètement électronique, sans aucun instrument électrique ou acoustique. C’est vrai ?
Je n’en sais strictement rien mais je veux bien voir ça ! (Rires)

Moi aussi. Vous pourriez vous déguiser en robots.
J’espère ! Je pourrais construire un robot à mon image et l’envoyer à ma place en tournée.

Tu pourrais envoyer Danny DeVito à ta place. Je pense à lui parce qu’il paraît qu’il est interviewé dans les bonus du DVD du Fantomas -elvins Big Band qui va sortir. Euh, c’est quoi le rapport entre Danny DeVito et Fantomas-Melvins ?
J’en sais rien non plus (rires). Et c’est justement pour ça que c’est bien : c’est complètement hors-sujet. Ça rend le truc intéressant.

C’est fan de Fantomas et/ou des Melvins ?
C’est un grand fan de Mike Patton. Ça vient de ses enfants. Ils écoutent énormément de musique.

Il paraît que tu joues de nouveau avec Mike Dillard les morceaux de la période 1983 ?
Exact, avec Dale à la basse !

Vous faites ça juste pour le fun ?
Oui. Je pense qu’on va faire un concert en juin mais je ne sais pas du tout ce qui se passera par la suite. On va fêter notre 25ème anniversaire l’année prochaine, donc ça sera une bonne occasion de faire quelque chose d’un peu spécial, par exemple, une tournée avec ce line-up. Ça serait vraiment marrant.

C’est comment de rejouer avec Mike Dillard après 25 ans ?
C’est génial. On joue uniquement des morceaux de cette période sans essayer de les actualiser ou des les réarranger et c’est parfait, c’est très primitif. J’ai toujours gardé un excellent souvenir de ces années-là. J’étais sûr qu’on s’amuserait bien en rejouant ces vieux trucs.

A propos de vieux trucs, la sortie du coffret avec tous les albums que vous avez faits pour Ipecac est toujours prévue pour cette année ?
J’espère. On la sortira en édition très limitée. Le packaging sera entièrement fait à la main puis imprimé mécaniquement, en typographie (Ndlr : « letterpress »). On aimerait rajouter quelques petits extras. De toute façon, il n’y en aura que 500.

Vos albums sur Ipecac sont toujours disponibles, c’est l’objet qui vous intéresse ?
Si les gens ne comprennent pas ça, ça veut dire qu’ils n’ont toujours pas compris pas le concept général de la box-set qui consiste généralement à ressortir des trucs qui sont déjà sortis. Il y aura un extra-CD avec des bonus, mais quoi qu’il en soit, rééditer des disques sous forme de coffret, c’est pas vraiment une nouveauté. Regarde Led Zeppelin. Ils ont sortis au moins dix coffrets bourrés uniquement de morceaux qui étaient déjà sortis et disponibles.

Tu es un collectionneur ?
Oh oui, absolument. Je collectionne la musique, mais surtout je collectionne tout et n’importe quoi. Je comprends complètement la mentalité des collectionneurs. Tu vois, cette box-set, c’est exactement ça, un truc géant et fantastique. Le packaging sera complètement différent, un peu comme notre livre (Ndlr : Neither Here Nor There, publié sur Ipecac en 2004 pour le vingtième anniversaire des Melvins). Ce livre contient un CD sur lequel il n’y a que des morceaux connus et disponibles mais ce qui le rend totalement génial, c’est le packaging et tout ce qu’il y a à l’intérieur. Ça sera exactement pareil pour le coffret.

C’est Mackie qui se charge de l’artwork ?
Oui, ma femme, sur sa propre machine. J’ai hâte.

Vous deviez également sortir deux 12’’ sur AmRep, non ?
En fait, je pense qu’il n’y en aura qu’un seul sur AmRep. On a changé d’avis, ça sera probablement un 10’’. Je ne peux pas vraiment te dire de quoi il s’agira, on veut que ça soit une grosse surprise. L’autre devrait sortir sur un autre label à priori. Et puis on s’apprête aussi à sortir la version vinyle de Senile Animal sur Hydra Head, un super objet Deluxe. Un quadruple pliage en accordéon avec quatre 12’’ dont l’une des faces sera gravée à l’eau-forte. Ça va être génial. Tu vois ce genre de trucs, comme la box-set, c’est une manière de se focaliser sur des choses spéciales que tu ne peux ni télécharger ni graver avec ton ordinateur.

D’ailleurs Nude With Boots s’est retrouvé sur le net dès le mois de mars. Ça veut dire plus de trois mois avant la date de sortie officielle.
Oui, et je vais te dire une chose : c’était la dernière fois. On ne refera plus jamais un truc pareil. Il a été mis sur le net par des mecs qui l’ont eu gratuitement. J’ai du mal à comprendre leur motivation. Si des gens s’intéressent à ce qu’on fait, tant mieux, mais j’envoie un disque à un journaliste et il le leake dans le 12 heures qui suivent sans se demander une seule seconde si c’est dans notre intérêt ou pas ! Ce mec est un bâtard. Le plus bizarre c’est que ça ne lui rapporte strictement rien non plus mais il le fait quand même. J’en conclue que ça lui fait juste plaisir de nous baiser. Je ne vois pas d’autre raison. On ne pourra pas empêcher les gens de mettre le disque sur Internet de toute façon mais là, avoue que c’est quand même étrange. On lui envoie le lundi, il est sur internet le mardi… Ça ne me viendrait jamais à l’idée de faire ça à quelqu’un, à moins de le détester vraiment.

C’est un coup d’Ozzy Osbourne.
Sûrement, il a que ça à faire.

…ET DIGRESSIONS POUSSIÉREUSES

« Pour moi, on est un groupe de death metal croisé avec Captain Beefheart. »

Je ne sais plus où j’ai relevé cette phrase de toi sur le mauvais goût des filles en matière de musique. Tu disais en substance que si Kurt Cobain, Chris Cornell et les mecs d’Alice In Chains avaient ressemblé à Fat Albert (Ndlr : T’as l’bonjour d’Albert, souvenez-vous), ils n’auraient probablement pas vendu UN SEUL disque. Alors à ton avis, si toi et Dale aviez un physique à la Chris Cornell ou à la Kurt Cobain, est-ce que vous auriez vendu BEAUCOUP PLUS de disques ?
Mmmh, peut-être un peu mais notre musique n’est pas aussi commerciale que la leur. Mon point de vue c’est que si tu prends leur musique mais que tu changes le packaging, plus personne ne s’intéressera à ce qu’ils font ou ce qu’ils ont fait. Si Kurt Cobain avait été un gros black de 300 kilos, crois-moi, personne n’en aurait jamais rien eu à foutre. Je crois sincèrement que ça fonctionne comme ça. Si Madonna était grosse et asiatique, ou si elle était tout simplement grosse, on n’en entendrait pas parler. C’est pas nouveau, ça a toujours été comme ça, surtout dans la pop, en tout cas celle dont nous gavent les grosses radios ou les chaînes de télé à la MTV. Les principes sur lesquels ils se basent pour décider ce que doivent écouter les gens sont purement arbitraires, c’est minable !

Oui, sauf qu’à ce titre, ce qu’on appelle la contre-culture de la pop music moderne fonctionne exactement de la même façon que ce à quoi elle s’oppose. Les Melvins, c’est le couple que tu formes avec Dale, ta silhouette, ta coupe de cheveux post-nucléaire, Dale en slip/chaussettes, les robes de grand-mères que vous portez sur scène. C’est ça que les gens veulent de la part d’un groupe comme vous. Les Melvins n’existeraient pas avec des gueules d’amour et des fringues à la mode.
Oui d’une certaine façon. Mais si je voulais, je pourrais avoir l’air vachement plus bizarre. On fait de la musique pour les gens qui ne veulent pas de tous les trucs qui passent à la radio ou sur MTV. Si tu veux être un fan des Melvins, il faut d’abord que tu nous trouves. Personne ne viendra t’aider. Des magazines comme le tien peuvent aider, mais à part ce genre de médias, qui d’autre a de la place pour ce qu’on fait ? On doit faire les choses nous-mêmes et c’est pour cette raison que je fais le maximum. Mais honnêtement, si on passait sur MTV ou à la radio avec une fréquence de rotation aussi élevée que celle de Madonna ou Nirvana, on vendrait des tonnes de disques. Ça ne fait absolument aucun doute. Tu prends n’importe quel morceau de (A) Senile Animal, tu le fais passer à la radio, à la télé, sur MTV tous les jours et partout dans le monde : on en vendra des caisses.

Tu as une idée de ce que vous vendez aux États-Unis ?
Non, pas exactement. Mais c’est vraiment correct. Ça nous suffit, même si je crois sincèrement que notre musique devrait vendre des millions et des millions. On n’est pas au bon endroit.

J’imagine que les fans des Melvins sont relativement loyaux.
Oui, et il y a en a un peu plus à chaque nouvel album. Nos fans ont toujours à peu près le même âge, ce qui signifie que ça évolue constamment, que des gens plus jeunes s’intéressent à nos disques récents et qu’on reste un groupe intéressant. Ça s’arrêtera quand on arrêtera nous-mêmes la musique. En attendant, les gens nous suivent parce qu’on n’endosse pas un rôle ou un costume et qu’on ne fait pas ce que les gens attendent de nous. C’est ça le truc. Ça va faire 25 ans qu’on fait de la musique. Si tu considères notre histoire et la musique qu’on a fait jusqu’ici, je te mets au défi de trouver un seul groupe qui a réussi à couvrir un spectre aussi large et varié que le nôtre.

Si tu devais expliquer la longévité des Melvins, et le fait que vous avez toujours été un groupe extrêmement prolifique…
(Coupant) On ne s’en fout pas, voilà la raison. Je me soucis vraiment de ce que je fais, j’aime ça, je suis un songwriter et je refuse la médiocrité. Je la refuse ! J’ai le souci constant de ce que je fais.

Il y a un milliard de groupes médiocres qui prétendent refuser la médiocrité.
Je ne fais pas partie de ces groupes. Ils ont quelque chose qui cloche, je ne sais pas quoi, ils devraient essayer d’être un peu plus originaux, de faire quelque chose qui n’a pas déjà été fait mille fois. Des groupes originaux, je n’en connais presque pas, même pas dans la scène soi-disant underground. Il faut moins de cinq minutes pour deviner exactement ce que ces groupes essayent de faire ou d’être. Ce sont les hybrides qui m’intéressent. Je l’ai déjà dit mais pour moi, on est un groupe de death metal croisé avec Captain Beefheart. Réfléchis bien à ça, c’est pertinent. Du Captain Beefheart heavy metal ! (Rires)

Ah ah ah, tu peux pas savoir combien ça me fais plaisir d’entendre ça. J’ai une mauvaise manie qui consiste à placer Captain Beefheart dans quasiment toutes mes interviews et…
… et j’ai tiré le premier, c’est ça ?

Exactement ! Quelques années après Unconditionnally Guaranteed et Bluejeans & Moonbeams, il s’était excusé publiquement en disant à la jeunesse d’alors de ne jamais acheter ces deux albums. Y’a-t-il un disque dans la discographie des Melvins qu’avec le recul tu déconseillerais absolument ?
Non non, aucun ! On a fait tellement de choses différentes. Chaque disque est valable, rien n’est à jeter. Je crois que mes deux disques préférés de Beefheart sont Spotlight Kid et Clearspot. Je n’aime pas tellement Trout Mask Replica, je le trouve un peu chiant. Clearspot et Spotlight Kid devraient se vendre à des millions et des millions d’exemplaires : voilà du rock VRAIMENT intéressant. Tout le monde devrait aimer cette musique. C’est tellement bien vu, tellement intelligent et tellement bien exécuté. C’est exactement ce que je veux faire avec ma propre musique et d’ailleurs c’est ce qu’on fait. Par contre, ce mec est bien meilleur musicien que peintre. Je me demande pourquoi il a arrêté la musique pour peindre ces merdes !

Parce qu’à ce qu’on dit, il est malade.
C’est des conneries ! Si il avait été malade tout ce temps, il serait mort à l’heure qu’il est ! Il est juste trop flemmard pour faire de la musique, c’est tout. J’ai 44 ans et à mon âge il ne sortait déjà plus rien. Je refuse de laisser tomber. C’est la différence entre moi et Beefheart. Ne jamais s’arrêter et refuser la médiocrité ! Sérieusement, je crois qu’à ce point de notre carrière, on n’a jamais été aussi bons. Ok, tout le monde dit ça. Mais je mets n’importe qui au défi de prouver que nous sommes moins bons aujourd’hui qu’avant, surtout en live.

Ce qui suit est une vraie question, pas une attaque : Est-ce que tu crois vraiment avoir le recul nécessaire sur ce que tu as fais récemment pour pouvoir affirmer que tu es meilleur aujourd’hui qu’hier ? Je veux dire, en dehors de l’aisance personnelle que tu as pu acquérir en 25 ans de carrière ?
Ce que je peux affirmer en tout cas, c’est que quand je réécoute ce qu’on a fait 20 ans plus tôt, j’ai l’impression d’écouter un autre groupe. C’était moins au point, ça sonnait moins bien. Aujourd’hui, j’ai une sensibilité différente, toute mon approche de la musique a changé, j’ai plus confiance en moi, je suis devenu meilleur compositeur, meilleur guitariste et meilleur chanteur que je ne l’ai jamais été ! J’aime tous nos vieux trucs pour ce qu’ils sont, ça remonte à tellement longtemps – et d’ailleurs, il nous arrive encore de les jouer – mais ça n’était PAS AUSSI BON (rires). Désolé ! Les gens pensent ce qu’ils veulent, c’est comme ça : on est meilleurs aujourd’hui !

Beaucoup de gens apprécient les Melvins en terme d’« ère de tel ou tel bassiste ». Certains aiment l’ère Rutmanis, d’autres préfère l’ère Lorax…
La plupart de ces gens n’ont jamais vus aucun de ces bassistes. Moi j’ai joué avec eux, et je sais.

Ce qui veut dire que pour toi, la meilleure façon de se faire une opinion des Melvins, c’est de vous voir sur scène ?
C’est UNE bonne façon. Notre approche du live et du studio sont assez différentes. Nos albums sont conçus pour être joués dans des conditions plus intimes : dans ta voiture ou chez toi. Les concerts, c’est une forme de communication sur le plan humain. C’est deux choses totalement différentes et on essaye de ne pas les aborder de la même façon. On adapte toujours les morceaux, vieux ou récents, pour qu’ils fonctionnent en live, on change beaucoup de choses et ça devient des entités complètement différentes. Et ces échanges humains, c’est un truc que tu n’auras jamais sur un enregistrement live ou sur le net. Aujourd’hui encore, on fait presque 100 dates par an et c’est toujours une expérience incroyable. J’adore jouer live.

La tournée Nude With Boots commence par une release party au magasin Amoeba de Los Angeles en juillet…
Oui. Ensuite on tourne aux États-Unis. On arrive en Europe vers le 15 septembre et on y reste jusqu’à la fin octobre.

Pour finir, il y a un album des Melvins que tu aimes plus que les autres ?
Difficile d’en choisir un mais je peux te faire un top 5. Je dirais Colossus Of Destiny, Eggnog, Stag, (A) Senile Animal et Nude With Boots.

www.melvins.com
www.ipecac.com

——————————————–
KING BUZZO – PORTRAIT CHINOIS

Si tu étais…

…une femme
Vampira.
…un dictateur.
Eisenhower.
…un disque.
Fun House des Stooges.
…un morceau.
« Kentucky Avenue » de Tom Waits.
…une rock star vivante.
Pete Townshend.
…une rock star morte.
Je brûlerais en enfer !
…une partie du corps de Dale Crover.
Ses cheveux. Parce qu’il les perd !
…un animal.
Un Thylacine, un tigre de Tasmanie.
…un personnage de conte.
Oliver Twist.
…un objet.
Une mitrailleuse.
…un film.
Le Trésor de la Sierra Madre.
…un livre.
La Sagesse dans le Sang de Flannery O’Connor.
…un mot.
Go !

 

Francoise Massacre
Publié dans: NOISE MAG #6 (été 2008)
couv NOISE MAG#6

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :