INTERVIEW – (THE) MELVINS: Le Rock n’est pas mort (il a un Alzheimer)

15 Sep

melvins

photos (c) kaz tsurudome

On ne va pas vous faire un dessin, Tanxxx l’a déjà fait dans le dernier numéro pour illustrer le dossier Melvins. Simplement, depuis ce dernier numéro, il s’est passé des choses qui méritent qu’on s’y arrête : d’abord, c’est confirmé, les Melvins ont fusionné avec le duo Big Business, soit Coady Willis et Jared Warren. Depuis, et pour la première fois en plus de vingt ans de carrière, les Melvins ne sont plus trois, mais quatre, avec deux batteurs. Et puis, étrangement, subitement, ils se font appeler (The) Melvins. C’est sous cette forme inhabituelle qu’ils viennent de sortir (A) Senile Animal, dix-huitième album studio, sans compter les innombrables albums lives, ep, singles, disques solo, projets parallèles et autres bizarreries. Sans compter non plus leur album précédent, Houdini: A Live History Of Gluttony And Lust sur lequel nous n’avions été que trop brefs. Et après ça, promis, on arrête de vous embêter avec les Melvins… jusqu’à nouvel ordre.

Ca se passe bien avec les Big Business?
Buzz : Jusqu’à présent oui, mais on vient de commencer. Tout peut arriver ou plutôt tout va arriver.
Dale : Ces deux gars ont joué dans d’autres groupes assez populaires aux USA – de grands groupes, des groupes géants. Ce sont des gros types qui font du business, et bien que le batteur soit gros, il est gaucher. Mais ça marche super bien parce que je suis droitier, donc en quelque sorte, on se rejoint au milieu.

Pouvez-vous me raconter comment Jared et Coady ont finalement intégré le groupe, comment ça s’est passé, qui a contacté qui…?
Buzz : Oui, je pourrais tout te raconter, mais je ne pense pas que je vais le faire. Bon… ok. C’était mon idée. Ca s’est fait en six mois à partir du jour où on est rentré en contact. On cherchait quelque chose de neuf, et on a mis le doigt dessus.
Dale : C’était un peu difficile au départ, mais nous les avons lobotomisés. Ils ne pourront plus jamais revenir en arrière.

Est-ce qu’ils ont participé d’une façon ou d’un autre à l’écriture de Senile?
Buzz : Disons que j’avais la plupart des morceaux en tête, mais ils leur ont vraiment donné du corps. Jared a écrit certaines parties ainsi que des lignes de voix ici ou là. C’était stimulant… mais pas d’un point de vue sexuel.
melvins

photos (c) kaz tsurudome

Y’a-t-il des morceaux qui ont radicalement changé avec leur arrivée?
Buzz : Les nouveaux morceaux n’ont pas changé puisqu’ils n’existaient pas encore. Les vieux morceaux ont pris une couleur nouvelle, si on veut.

Les raisons du départ de Rutmanis? C’était sa propre décision ou il s’est fait virer?
Buzz : Se faire virer n’était pas sa propre décision. Parcontre, c’était sa décision de faire ce qui l’a amené à se faire virer.

Vous n’avez jamais pensé à engager Trevor Dunn comme bassiste… heu… « permanent » au moment de Houdini Live?
Buzz : Quant on lui a demandé, il nous a dit d’aller sucer le chien qui était couché dehors. C’est un putain de jazzeux, ce qui pour nous signifie : un sale lèche-cul qui ne pense qu’à faire des solos. Quel nase.

Vous allez continuer à tourner avec ce concept de Houdini Live?
Buzz : On devrait continuer, mais qui sait… J’espère qu’on pourra faire plus de concerts avec Trevor, mais c’est un poltron, une vraie bite.

Qu’est ce qui vous a décidé à sortir ce disque?
Dale : On n’avait aucune autre idée à ce moment-là, et l’album (Ndlr : Houdini, 1993, Atlantic) s’était très bien vendu dans le passé, ça a été notre plus grosse vente. Alors on s’est dit que tout le monde allait l’acheter une deuxième fois! Atlantic est encore déficitaire de plusieurs millions de dollars et on a réenregistré l’album sans qu’ils puissent même espérer en voir la couleur ! Ils ne pourront pas toucher un seul centime sur ce disque. L’argent ira directement sur nos comptes en banque.

Rétrospectivement, vous portez un regard plutôt négatif sur les années Atlantic?
Buzz : Pas du tout. Si Atlantic avait voulu continuer à sortir nos disques, on serait encore sur une major – avec les mêmes conditions. On avait la possibilité de faire ce qu’on voulait sans avoir de problèmes. Ils ne nous dictaient rien. S’ils nous avaient dit : «On veut que vos morceaux sonnent plus à la No Doubt», ou plutôt : «Sonnez comme Nirvana», là oui, j’aurais déguerpi, et ça aurait été la fin de l’histoire.

C’est donc en tant que «classique» qu’Houdini a été choisi pour la série Don’t Look Back des All Tomorrows Parties. Pensez-vous aussi que c’est l’un des meilleurs disques de votre discographie ?
Dale : Non, mais on était content qu’ils ne nous demandent pas de jouer Gluey Porch Treatments ou Ozma. On aurait dû refuser. Pour nous, ces deux albums sont comme des problèmes de math très complexes. Ca aurait été comme retourner au collège, avoir un contrôle de math et se planter. Non, je ne pense pas que ça soit notre meilleur disque, mais c’est peut-être un classique en effet. Nous sommes vraiment contents qu’ils nous aient demandé de le jouer sur scène. On s’est beaucoup amusés en le faisant.

Revenons au nouvel album. Pourquoi “THE” Melvins?
Buzz : Et pourquoi pas?

Peux-tu expliquer le titre: (A) Senile Animal?
Buzz : Ca a un rapport avec (Un) Animal Senile. «(Un)» comme un certain quelque chose, «senile» comme gâteux je suppose, et «animal» comme dans «Eric Burden and…»

Comment s’est déroulé le travail à deux batteries ? Ca a été facile de trouver un terrain d’entente?
Buzz : On a travaillé très dur sur les batteries. Donc dire que ça a été facile est un doux euphémisme. Dale et Coady sont de bons batteurs, ça nous a bien aidés.
Dale : En fait, c’est plus facile maintenant – pour partager l’argent. A trois, c’était toujours compliqué, il y avait toujours un centime en trop. Mais aujourd’hui, c’est plus simple d’arrondir la somme, on arrive à être à peu près équitables, même si on les paye toujours moins bien que nous.
melvins

photos (c) kaz tsurudome

melvins

photos (c) kaz tsurudome

Après les collaborations avec Lustmord et Jello Biafra, vouliez-vous, en quelque sorte, revenir à un son plus «purement» Melvins, pour autant que ces deux mots mis bout à bout aient un sens…?
Buzz : On peut dire que c’est vrai, à un certain degré, mais pas entièrement. Je ne rabaisserai jamais le disque avec Lustmord ou notre travail avec Biafra en disant que ça n’est pas du pur Melvins. C’est plus pur que ça ne le sera jamais. Les gens doivent comprendre ça.

Vous comptez sortir d’autres disques avec Biafra?
Buzz : Rien n’est prévu pour l’instant. On aimerait sortir un album live.

Vos motivations sont-elle les mêmes aujourd’hui qu’à vos débuts il y a 23 ans?
Buzz : Au départ, on trouvait ça cool de faire un concert. On continue à trouver ça cool, donc oui, nos motivations sont les mêmes.

Vous pensez quoi du statut de “groupe sous-estimé” auquel les Melvins sont souvent associés?
Buzz : J’aimerais mieux gagner plus d’argent, plutôt que de me soucier de savoir comment nous sommes “estimés”. Certaines personnes ont sans doute de bonnes raisons de penser que nous sommes sous-estimés.

Et celui de « groupe le plus influent»?
Buzz : Pas grand chose. Globalement, on a souvent l’impression que les groupes ont cinq ou dix ans de retard sur nous. Si les groupes de Doom et de Gloom sont populaires aujourd’hui : ok, génial, c’est ce qu’on faisait déjà il y a quinze ans. N’importe quoi. Personne ne peut gagner avec ce genre de musique. Qu’ils fassent ce qu’ils veulent. On était une grosse influence pour Kurt Cobain, et regarde ce qui lui est arrivé.

Tu as déjà pensé à faire autre chose que de la musique pour gagner ta vie?
Buzz : Comme quoi ? Si je devais choisir, je serais sous-fifre. Ou bien voleur.

J’ai vu une affiche pour une soirée d’Halloween à Jacksonville avec les Melvins, Altamont, Porn, Dave Stone, Big Business et David Yow. Est-ce que Yow fera une performance solo, ou chantera avec l’un des groupes? Il prépare un album solo, non?
Buzz : En fait, aucun de ces groupes ne jouera avec nous ce soir là. David Yow chantera pour nous à Atlanta et Athens.

Vous allez tourner en Europe pour Senile?
Buzz : Je pense…

melvins

photos (c) kaz tsurudome

Du neuf avec vos projets parallèles, Altamont, Fantômas, Venomous Concept?
Buzz : Fantomas n’a absolument rien de prévu pour l’instant. Pour Venomous Concept, Dieu seul le sait. Altmont va sortir un nouvel album intitulé Cue Stick.

Et avec les Melvins, la suite est déjà prévue?
Buzz : Nous devrions sortir un disque de remixes avant la fin de l’année.

Francoise Massacre & Vuk Valcic
Publié dans: VERSUS MAG #9 (Septembre 2006)
couv VERSUS MAG #9

Publicités

Une Réponse to “INTERVIEW – (THE) MELVINS: Le Rock n’est pas mort (il a un Alzheimer)”

  1. fuzzo 18 février 2008 à 14:02 #

    toujours aussi drole ce Buzz!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :