CHEVREUIL – Capoeira

1 Mai

Chevreuil - capoeira (ruminance, 2006)
(Ruminance, 2006)
Math rock

Capoëira. L’ensemble des participants forment un cercle. Au centre, deux capoëiristes jouent, ensemble plus que l’un contre l’autre. Ils doivent user de coups fluides et de ruses qui situent l’échange à mi-chemin entre la danse et l’art de combat, le jeu et la lutte. A l’extérieur du cercle, les musiciens rythment la chorégraphie tandis que les autres encouragent les joueurs par des chants et des claquements de mains.
L’analogie avec le protocole capoëiriste n’aura sans doute pas échappé à ceux qui ont eu le bonheur d’assister, à l’extérieur du cercle (ou plutôt ici, du carré d’amplis), au face à face à même le sol entre Tony Chauvin et Julien Fernandez, et à leur mathématique rock exaltée, ludique, affranchie et un brin arty. Ce quatrième album porte d’autant mieux son nom qu’il a supporté les affres de la fixation du son sur bandes, cette fois, avec une déperdition minimum de l’énergie déployée en live et que même depuis son canapé, le dispositif scénique et spatial est quasiment palpable. Avoir un Chevreuil dans son salon est un luxe que peu de gens étaient en mesure de s’offrir jusque là et il aura fallu attendre Capoëira pour sentir enfin la force brute de l’animal cornu hors du bois – comprendre les salles obscures. C’est que pour les deux nantais, en appeler au savoir-faire de Steve Albini, pour la deuxième fois consécutive, relève bien moins de l’excentricité et de la crédibilité indie-rock que du bon sens musical, parce qu’on dira ce qu’on voudra, Maman Chicago a quand même le chic pour donner le sentiment que ça sort tout juste du four, et la musique de Chevreuil prend tout son sens quand elle est encore chaude et fumante.
Ca commence par un truisme robotique « Ce – disque – a – été – enregistré – avant – le – mastering », et puis on plonge immédiatement dans la chevauchée post-médiévale de « Cannibal Lovers ». La batterie de Julien F. est à poil et on se la mange comme une volée de bois vert. On se dit « tiens, Tony utilise aussi des synthés ». C’est nouveau, ça leur va bien, ça donne un côté archi-épique à cette mécanique duelliste frontale, ça donne du liant à la complexité math et du relief au chaos des enchevêtrements de samples de guitares. C’est violent, frais, riche et drôle à la fois. Une fois qu’on a compris comment ça marche, ou une fois qu’on a compris qu’on ne veut pas savoir comment ça marche parce c’est un truc qui n’appartient qu’à eux, on laisse filer la machine. Les Chevreuils jubilent tout le long, explorent une variante Storm & Stress de la bourrée auvergnate sur «Breakdance», glissent une touche d’Afro-Beat et de musique malienne dans leur groove tout blanc, tout indie, tout sec, inventent des mélodies à la Jean-Michel Jarre avec la candeur des musiciens qui savent, le tout ponctué de mille et unes trouvailles qui font de Capoëira un disque à mille lieux de la mortelle sériosité du tout-venant post/math-rock de ces dernières années.
www.myspace.com/chevreuil
Francoise Massacre
Publié dans: VERSUS MAG #8 (Mai 2006)

couv VERSUS MAG #8

Advertisements

Une Réponse to “CHEVREUIL – Capoeira”

  1. moesgaard 8 février 2008 à 12:10 #

    moi je peux pas ce disque.
    J’aime beaucoup Julien et Tony, mais là, ça va trop loin dans le mauvais goût pour moi.
    Je trouvais déjà que Chateauvallon manquait d’âme et que le duo, s’il il maîtrisait nettement mieux sa musique techniquement, avait perdu de sa fraîcheur brute des débuts. ( L’excellent premier album et le 45 t, la mort en forme de locomotive, sans doute leur meilleur morceau, malgré la prod loupée)
    Même problème qu’ avec Battles pour ma part: à force de vouloir célébrer le mariage de la carpe et du lapin, sous prétexte de pourfendre le « bon goût » et d' »oser » les mélanges incongrus, on se retrouve avec ce qui pourrait être l’équivalent sonore d’un roti de porc au sirop de menthe et à la moutarde…
    Et puis, d’ou vient cette étrange fascination pour Jean Michel Jarre?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :