DARKTHRONE – Too Old To Cold & The Cult Is Alive

9 Mar

DARKTHRONE the cult is alive (peaceville 2006) DARKTHRONE too old too cold (peaceville 2006)
(Peaceville, 2006)
Ceci n’est pas du black metal

Ceux qui avaient deviné que Darkthrone sortiraient un jour un album précédé d’un single, que ce single se classerait à la 11ème place des charts norvégiens, qu’il compterait une reprise de Siouxsie & The Banshees et qu’il servirait, 12 ans après les faits, de pacte de réconciliation avec leur ancien label Peaceville méritent indiscutablement une place de choix au panthéon des grands prophètes entre Saint-Jean et Nostradamus.
Plus de vingt ans après la formation du groupe, seize depuis leur premier album, Too Old Too Cold et le bien nommé The Cult Is Alive sont à eux deux une sorte d’état des lieux symbolique de la maison Darkthrone. Et si la bâtisse n’est plus toute à fait rutilante (mais l’a-t-elle jamais été), la charpente est solide, et la vieille pierre possède encore un sacré cachet. “Nothing to prove. Just a hellish rock’n roll freak! You call your metal black. It’s just plastic, lame and weak. We’re too old, too cold”. Voilà. Dès le premier gros dégueuli vocal de Nocturno Culto, tout est dit ou quasiment. Cet appel à la mort du «faux metal» comme ils disent, et par conséquent ce retour aux sources du «vrai metal», Sardonic Wrath n’en était qu’une ébauche maladroite, un étouffe-chrétien quelque peu insipide. La double tartine 2006 est autrement plus goûtue, à condition d’avoir de l’humour, d’aimer la viande crue, les saveurs rustiques du metal 80’s, la rugosité du punk old school et les bras-d’honneur. Avec la bestialité crasse qui leur est chère, Darkthrone y fait partouzer Hellhammer, Slayer et les UK Subs, Celtic Frost et Motörhead, Venom et les tout premiers Voivod, Bathory et les Germs. Rythmiques necrothrash, riffs bruts de décoffrage dégraissés jusqu’à l’os, solos désarticulés sur deux notes et borborygmes caverneux vomissant des textes qui frisent souvent le grotesque : « Are you satan? I don’t think so. You copy my style. And call yourself a man. (…) Shut up you fucking twat! » Darkthrone fait dans la dentelle…
Sur Too Old…, il y a la voix glaçante de Grutle d’Enslaved sur «High On Cold War», mais surtout cette reprise ultra mongole du «Love In A Void» de Siouxsie qui à elle seule vaut largement un détour par le 4-titres. On retrouve les deux autres morceaux sur The Cult Is Alive : «Too Old Too Cold» et «Graveyard Slut», à la différence près que ce dernier y est interprété par Fenriz himself, et que dans le registre vocal «glaviots & whisky», il se défend presque mieux que son acolyte. Assurément, les fans condamnés à vivre dans la nostalgie des 90’s révolus qui espèrent encore trouver en Darkthrone une résonance, même lointaine, à leurs années black et à la trilogie blasphématoire A Blaze In The Northern Sky, Under A Funeral Moon et Transilvanian Hunger chercheront en vain. Ce n’est pas un scoop : en douze albums, le propos a changé. A l’instar de Nattefrost et Carpathian Forest, cela fait bien longtemps que Fenriz et Nocturno Culto n’ont plus apporté de pierre au black metal moderne. Aujourd’hui, c’est plutôt un retour en arrière, un tribut primitif et sans détours qu’ils rendent aux dinosaures du genre et à un culte, dont eux-mêmes font désormais partie.
Francoise Massacre
Publié dans : VERSUS MAG #7 (Mars 2006)

couv VERSUS MAG #7

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :