HELLA – Church Gone Wild / Chirpin Hard

7 Oct

HELLA- Church Gone Wild / Chirpin Hard (Suicide Squeeze 2005)
(Suicide Squeeze, 2005)
Indie/Free rock

Oulah, ils en ont fait du chemin les Hella depuis leur premier album Hold Your Horse Is, il n’y a pas si longtemps, en 2002. Entre le math-rock instrumental psychochiant de leurs débuts, et cette double tartine de free-rock affranchi, passionné et débridé, il va de soit que l’élan d’Hella les a menés du bon côté de l’allée.
Hella est l’union musicale du batteur fou Zach Hill et du guitariste frappé Spencer Seim. Et si j’ose qualifier ainsi les deux gars de Sacramento, c’est bien parce que la séparation des pouvoirs de Church Gone Wild / Chirpin Hard – un disque par musicien – donne pleinement la mesure de leur démesure.
Le premier volet Church Gone Wild est l’affaire de Zach Hill. Cette micro-symphonie d’anti-musique convulsive et menaçante découpée en douze mouvements (donnant lieu à des titres aussi exquis que «Earth’s First Evening Jimy Hendrix-less And Pissed» ou «Black Metal Blues/Black Mold») n’est en fait qu’une seule et même plage ininterrompue et éprouvante où batteries effrénées, collages dadaïstes, guitares vrillées, chœurs d’enfants, pianos de chambre et lignes de voix psychédéliques s’entrechoquent dans un grand spasme fourre-tout, parfois brutal, toujours jouissif. Un peu plus légère mais tout aussi jouissive, la réponse de Spencer Seim. Voyage drolatique et exploratoire dans l’univers digital des cartoons, du 8-bits et des jeux vidéos, Chirpin Hard opère comme le parfait antidote à la psychose chaotique de Hill. Avec l’efficacité d’un megaboss de niveau 7, Seim déploie un Nintendo-rock épique et généreux sur près de quarante-cinq minutes, incorporant à une base guitare/basse/batterie musclée des sinusoïdes enfantines, des solos frénétiques de claviers de téléphones, une batterie de petits Casio cheaps et des voix pitchées et accélérées.
Naturellement, la doublette Church Gone Wild / Chirpin Hard laisse présager de l’excellence des prochaines retrouvailles discoïdes de Hill & Seim.
Francoise Massacre
Publié dans: VERSUS MAG #5 (Octobre 2005)

couv VERSUS MAG #5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :