MICHAEL MOYNIHAN ET DIDRIK SØDERLIND – Les Seigneurs Du Chaos (Lords Of Chaos)

11 Sep

LORDS OF CHAOS

(Camion Blanc, 2005)

Titré originalement Lords Of Chaos: The Bloody Rise Of The Satanic Metal Underground, Les Seigneurs Du Chaos a joui d’un véritable succès critique et polémique lors de sa parution en 1998. Il faut dire que si cet ouvrage fut le tout premier à aborder l’avènement de la scène Black Metal scandinave du début des années 90, l’angle choisi par l’auteur principal, l’Américain Michael Moynihan, et les accointances de ce dernier avec Charles Manson et le révolutionnaire national-socialiste James N. Mason constituent à raison de bons sujets de débat. Car Les Seigneurs du Chaos n’aborde pas le Black Metal d’un point de vue musical. Il relate les violents événements qui ont marqué la naissance du genre et qui expliquent qu’aujourd’hui encore sa réputation sulfureuse engendre les cabales crétines que l’ont sait de la part de journalistes peu scrupuleux du petit-écran (la palme à Zone Interdite) qui, dans la plus pure tradition de désinformation alarmiste d’un certain type de médias cacas de droite, s’amusent à dénaturer les relations de cause à effet (et ça donne des absurdités du genre Kevin écoute du black metal,  alors Kevin profane des tombes), et de faire baliser sec toutes les mamans de jeune chevelus de France et de Navarre qui voient leur rejeton revenir de l’école avec de la boue sous les rangeos.

Mais revenons à nos Seigneurs : satanisme et odinisme, incendies d’églises en série (faites de bois en Norvège, c’est plus facile), succession de drames sordides aux débuts du groupe Mayhem (le suicide de Dead, chanteur au surnom prédestiné et l’assassinat du légendaire Euronymous par Varg Vikerness aka Count Grishnackh aka Burzum), meurtre d’un homosexuel par Bard « Faust » Eithun du groupe Emperor, etc. A défaut d’être analysés convenablement, les faits sont exposés dans le détail à grand renfort d’entretiens: protagonistes, musiciens, simples témoins, théologiens, sociologues… Même l’Antépape Anton La Vey se prête volontiers au petit jeu des questions-réponses. Certaines de ces interviews valent vraiment leur pesant de têtes de porcs, tout comme les incroyables photos qui illustrent le récit.

Démythifions : il ne faut pas être Grand Clerc pour ne voir en ces actes hautement irresponsables rien de plus que le fait d’une poignée d’ados en pleine frénésie transgressive qui s’entraînèrent mutuellement dans une spirale de débordements et de violence qui fut, par la suite, massivement relayée et attisée par les médias locaux puis internationaux. Il y a au moins une chose qu’ils avaient pigée, c’est que dans un pays où les anciennes croyances païennes furent balayées par une église catholique omniprésente et omnipotente, agir au nom de Satan – blasphème – était encore ce qui faisait le plus mal. En tout cas, les raccourcis empruntés par l’auteur qui, pour étayer sa thèse par tous les moyens, relie systématiquement entre eux les crimes par le seul point commun de la musique et d’un satanisme mal digéré, ne volent pas beaucoup plus haut que les procès caricaturaux des magazines d’informations hertziens du dimanche soir. Moynihan enfonce le clou avec le long chapitre consacré au meurtre commis par Hendrik Moebius du groupe teuton Absurd en 1993, simple fait-divers érigé a posteriori en véritable fait d’arme héroïque néo-nazi.

Malgré ses examens hâtifs et sa distanciation douteuse, Les Seigneurs du Chaos reste un livre de chevet fascinant – pour autant que l’on donne du crédit à la maxime qui dit que la musique adoucit les mœurs –, en attendant son adaptation pour le grand écran par Hans Fjellestad, le réalisateur de Moog et de Frontier Life.

Francoise Massacre

Publié dans: VERSUS MAG #5 (Octobre 2005)

couv VERSUS MAG #5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :